Paquebot ELBE
(1881-1895)

Empire Alemand

(Ijmuiden)
Collision avec le SS CRATHIE, le 30 janvier 1895

SS ELBE
S/S ELBE

Caractéristiques

Le paquebot SS Elbe a été construit au Govan Shipyard de John Elder & Company, Ltd, à Glasgow, en 1881 pour la Norddeutscher Lloyd Bremen [1].

Propulsé par une machine compound à double-expansion qui entraîne une seule hélice. C'était un navire rapide [2] capable d'une vitesse de 16 noeuds, mais de petite capacité au regard de son énorme consommation de charbon.
Il jaugeait 4510 GRT pour une longueur de 416.5 pieds (126.9 m), un baud de 45 pieds (14 m). Il possédait deux cheminées et quatre mâts.
Lancé le 2 Avril 1881, il fit son premier voyage le 26 juin 1881, quittant Brême pour New York via Southampton. Il pouvait transporter 179 passagers de premère classe, 142 en seconde classe, et 796 en classe pont.

Il fut l'un des navires les plus populaires pour les immigrants allemands [3] et britanniques vers les Etats-Unis. Le SS Elbe emprunta pendant dix ans la route de l'Atlantique Nord et accomplit également trois voyages vers Adelaïde en Australie, en octobre 1889, décembre 1889 et 1890.

Le naufrage

Le transatlantique appareille de Brême, le 30 janvier avec à son bord, 240 passagers et 160 hommes d'équipage sous les ordres du capitaine Kurt von Gössel [4]. Le temps est très mauvais, la mer est agitée et le froid intense. Le pont du navire est verglacé. Pour parer à ses conditions extrêmes, l'Elbe tire des fusées pour signaler sa présence.

Un autre navire, le SS CRATHIE [5] descend d'Aberdeen en Ecosse à destination de Rotterdam. A 5 heures 30, leurs routes vont se croiser. Le Crathie n'a pas vu les fusées d'avertissement ou a voulu les ignorer. Il n'a pas changé son cap, et il éperonne le paquebot sur son côté tribord avec une telle force que des compartiments entiers de l'Elbe sont immédiatement inondés.

La plupart des passagers sont toujours endormis. L'Elbe donne immédiatement de la bande. Le capitaine, von Goessel, donne l'ordre d'abandonner le navire. A bord c'est la panique. L'équipage réussit à mettre à l'eau deux des canots de sauvetage, mais l'un d'eux chavire sous le trop plein de passagers. Vingt personnes se bousculent dans le second canot de sauvetage, dont 15 membres de l'équipage. Par miracle ce canot recueille une femme, Anna Boecker (elle sera la seule femme survivante de la catastrophe) qui était tombée à l'eau lors du chavirage du premier canot.

Pendant ce temps de l'autre côté de l'Elbe, le capitaine ordonne à toutes les femmes et les enfants de se réunir sur le coté babord. Mais aucun autre canot de sauvetage ne peut être lancé car les saisines sur les portants sont gelées. Tous périssent avec le Capitaine von Goessel.

canot N°3
Photo du canot N° 3
The National Archives, Kew (COPY 1/419 : "Photograph of SS 'Elbe' Life Boat No 3

En 20 minutes, le SS Elbe coule et les seuls survivants sont les 20 personnes du canot N° 3 qui doivent endurer une mer grosse par des températures au-dessous de zéro à plus de 50 milles de la côte. La situation est dramatique.

Le SS CRATHIE n'a pas stoppé [6] et a continué sa route vers Rotterdam. Les fusées de détresse de l'Elbe n'ont été repérées par aucun navire, personne ne sait leur situation désespérée.

canot de sauvetage Elbe
Le canot N° 3

Après cinq heures dans la tempête qui fait rage, leur chance tourne. Une barque de pêche de Lowestoft le Wildflower les repère. Dans des conditions épouvantables, l'équipage du Wildflower [7] se bat pour tirer les vingt survivants du canot de sauvetage qui commence à se désagréger.
Le capitaine du Wildflower, Guillaume Wright, dira plus tard que les survivants n'auraient pas survécu une heure de plus dans ces conditions et pensait que la seule raison de leur survie était l'expérience d'un marin de l'Elbe qui était à bord du canot de sauvetage.

La catastrophe fera 380 victimes...

Elbe Progrès de Lyon

SS Crathie

Couverture du Petit Jounal

S/S Crathie

Position

Carte du naufrage

Latitude : 52°11.031' N - longitude : -002°45.688' E

Notes

1. La Norddeutscher Lloyd Bremen (NGL) a été fondée en 1857 par la réunion de quatre petites compagnies. Elle a commencé par une ligne entre Brême et Londres avec six vapeurs. Les voyages transatlantiques vers New York ont débuté en juin 1858, vers Baltimore en mars 1868 et en 1869 des lignes régulières vers la Nouvelle-Orleans. Une ligne vers l'Amérique centrale fut crée en 1871, puis vers l'Amérique du Sud en 1874 : Brême vers le Brésil et e River Plate en 1876 puis Gênes vers le Brésil et River Plate en 1878. La route vers la Nouvelle-Orleans fut étendue à Galveston, puis abandonnée en 1886. Deux nouvelles routes de Brême vers l'Australie furent ouvertes en 1886, via Suez. Les lignes de l'Italie vers les Etats-Unis ont commencé en octobre 1891. En 1970 la compagnie a fusionné avec l' Hamburg America Line pour devenir HAPAG-Lloyd.

Norddeutschen Lloyd

2. L'ELBE avait réussit le record de l'époque pour une traversée de Southampton à Sandy Hook en 8 jours, 12 heures et 50 minutes.

3. Immigration allemande : Aujourd’hui 42,8 millions (soit 15,2 %) d’Américains se déclarent d’origine allemande. C’est le groupe « ethnique » le plus nombreux. Ces descendants d’Allemands, majoritaires dans 23 États sur 50, vivent principalement dans les États du centre ou du Middle West comme le Dakota-du-Nord (capitale Bismarck) où ils représentent 43,9 % de la population, le Wisconsin avec 42,6 % et le Dakota-du-Sud avec 40,7 %. Le 6 octobre 1683, les premières familles allemandes arrivent à Philadelphie et baptisent leur quartier « Germantown ».Au cours du XVIIIe siècle, 200 000 Allemands émigrent aux États-Unis pour s’installer, dans la plupart des cas, dans les colonies de Pennsylvanie, où ils représentent bientôt un tiers de la population. C'est au XIXe siècle cependant que l’immigration allemande atteint son apogée.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site (en anglais) de la Germantown Historical Society.

4. Kurt von Gössel, né le 20 février 1852 à Ratibor, Oberschlesien, mort le 20 janvier 1895. Le village d'Alexanderwohl fondé en 1874 au Kansas par le Dr Peter Richert a changé de nom le 13 avril 1895. Il porte désormais celui de Goessel en mémoire du capitaine de l'ELBE. On y trouve un musée le Mennonite Heritage Museum qui retrace l'immigration a;llemande.

Capitaine Von Goessel

5. SS CRATHIE, cargo de 481tonnes, lancé le 27 novembre 1883 par le chantier J. Key & Sons à Kinghorn pour W.T. Moffatt. Ce petit cargo changera six fois de nom (1908, SWANSEA TRADER - 1914, TANCHIN - 1927, SAN IRENEO - 1936, MARI ELVIRA - 1940, CASTILLO SANTACARA - 1941, PUNTA LUCERO) et aura une très longue carrière qui s'achèvera à Bilbao en 1960 !

6. Board of Enquiry : Le 17 juin 1895, la cour anglaise condamnera le capitaine Craig du Crathie, mais en novembre 1895, la cour de Rotterdam, à la stupéfaction du monde maritime, ne lui délivrera qu'un blâme et imputera la responsabilté à son second.

7. Wildflower : Le Kaiser Wilhelm II, remettra à chacun des marins du Wildflower, une montre en argent et d'or portant son monogramme et cinq livres pour les remercier d'avoir sauver vingt citoyens allemands.

Sources

"Die Seeschiffe des Norddeutschen Lloyd", Arnold Kludas, Köhler, 1991), p. 30 ; U.K. Hydrographic Office ; Miramar Ship Index ; Bibliothèque municipale de Lyon (Le progrès Illustré, 10/02/1895) ; ITSG (Immigrant Ships Transcriber Guild), immigrantships.net ; "Norddeutscher Lloyd Bremen, 1857-1970; History, Fleet, Ship Mails", Edwin Drechsel, Vancouver, Cordillera Pub. Co., 1994 ; The New York Times (February 11, 1895, February 27, 1895, June 18, 1895) ; "Colonisation et émigration allemandes en Amérique" René Le Conte, Journal de la Société des Américanistes, Année 1922, Volume 14, Numéro 1 ; The National Archives, Kew (COPY 1/419 : "Photograph of SS 'Elbe' Life Boat No 3 in which Miss Boecker & survivors escaped and were rescued by the 'Wildflower', A." ; Suffolk Record Office, Lowestoft Branch (Lowestoft, Wrecks The Sinking of the Elbe 1300/72/51/5 1895) ;

Logo

78, Hent Menez Land- 29170 Fouesnant

Copyright 2015